Une dentiste réclame 1,5 million d’euros à un centre concurrent

un chirurgien-dentiste soigne une carie sur une patiente, le 19 juin 2001 à Paris, dans son cabinet dentaire.

C’est une dentiste aixoise qui a attrait en justice un centre de soins dentaires qui est installé dans le même bloc d’immeubles. La praticienne s’estime être victime d’une concurrence déloyale. Elle reproche à ses concurrents d’avoir détourné sa clientèle.

La partie civile entre dans la salle d’audience accompagnée d’un garde du corps

La partie civile porte le nom de Carole Pascar-Albrecht. C’est un chirurgien-dentiste qui est installé à Aix depuis maintenant 35 ans. Elle a fait appel au cabinet d’un nommé Gilbert Collard, et saisi le tribunal de grande instance d’Aix. Elle estime être une victime d’une concurrence déloyale et d’exercice illégal de l’activité de chirurgien-dentiste à Marseille, depuis son arrivée dans l’immeuble.

A voir aussi : Tribolium : comment s’en débarrasser naturellement ?

Les deux cabinets se trouvent dans un bloc d’immeubles abritant le centre de santé dentaire Dentalya. Carole affirme même avoir été victime de menaces de mort de la part de ses concurrents. C’est d’ailleurs, selon elle, ce qui fait qu’elle soit accompagnée d’un garde du corps. Des propos qui n’ont aucun lien avec le dossier qui justifie sa présence au tribunal.

Des panneaux publicitaires sont à l’origine du litige

C’est sous le régime associatif que le centre dentaire Dentalya avait apposé des panneaux publicitaires. L’avocat du docteur Carole Pascar-Albrecht, estime que ces panneaux étaient massifs et hors de proportion. L’avocat a aussi abordé la question du détournement des statuts associatifs pour faire face à une problématique économique.
Dentalya avait en effet été assigné en 2014 par l’Ordre des chirurgiens dentistes pour ces questions d’affichage. C’est le centre de santé dentaire qui avait obtenu gain de cause, car l’Ordre des chirurgiens ayant été débouté par le tribunal. L’avocat de Carole Pascar-Albrecht, soutient que cela ne suffit pas comme argument.
Le conseil parle d’un détournement de sa cliente, et demande 1,5 million d’euros en guise de réparation du préjudice subi.

A lire aussi : Comment faire pour obtenir un visa pour la chine ?

L’avocate de Dentalya étonnée de l’immensité de la somme

L’avocate de Dentalya précise que le montant qui a été demandé par son confrère est totalement ahurissant. Cette dernière justifie l’immensité de la somme demandée par les difficultés que traverse le docteur Carole Pascar-Albrecht. L’avocate a apporté un bon nombre de preuves en précisant que le cabinet du docteur a fait l’objet d’une fermeture administrative de cinq mois.

Il lui a aussi été obligé de se conformer aux dispositions légales en matière d’hygiène et de sécurité. Pour apporter des preuves à ses propos, l’avocate a présenté des plaintes de patients qui ont été reçues par l’Agence régionale de santé.
La décision du tribunal sera prononcée ultérieurement.

vous pourriez aussi aimer