Comment scolariser les enfants en situation de handicap ?

Il s’agit d’un choix toujours un peu difficile, notamment pour les parents. Le ministère de l’éducation nationale a fait un travail qui a porte ses fruits depuis ces 10 dernières années dans l’intégration d’élevés en situation d’handicap dans les écoles ordinaires. En 2006, les écoles ordinaires comptaient environ 155 000 élevés handicapes contre environ 337 000 en 2018 soit plus du double en une décennie.

Pour cela, il a fallu investir dans les infrastructures et dans la formation du personnel. Les chiffres sont d’ailleurs assez marquants puisqu’on compte 5 fois plus d’accompagnants qu’il y a 10 ans dans les écoles. Tous ces chiffres vont augmenter dans les prochaines années, car le gouvernement français a lancé la concertation « Ensemble pour une école inclusive » qui vise a accompagner et intégrer encore plus d’élèves en situation d’handicap.

A lire également : Comment retrouver le sommeil ?

Cependant, dans certains cas, l’école ordinaire ne semble pas la meilleure des solutions pour les enfants. Il existe en France plusieurs solutions pour scolariser ses enfants en fonctions de leur handicap.

Quels dispositifs d’accueil ?

  1. L’inclusion individuelle

Nous avons déjà évoqué plus haut, il s’agit d’intégrer des élèves en situation de handicap dans des classes ordinaires. Ces élèves suivent le même parcours que tous les autres avec cependant des aménagements spécifiques a leur handicap.

A lire également : Où trouver du collagène naturellement ?

  1. L’intégration collective

Il s’agit de mettre en place une classe spécialisée dans une école ordinaire. On appelle ces classes, les ULIS (« Unités Localisées d’Inclusion Scolaire »), ces classes permettent a des élèves qui doivent avoir un suivi plus adapté a leur situation sans pour autant les exclure de la vie collective et sociale de l’école dans laquelle ils sont scolarisés.

  1. Les Instituts Médico-éducatifs

Ces instituts scolarisent principalement les enfants atteint de déficiences intellectuelles liées à des troubles neuropsychiatriques (moteurs, sensoriels etc). Ces instituts bénéficient de personnels spécialisés dans le but d’aider les enfants à se développer, à être autonome et a se socialiser.

  1. Scolarisation à domicile

C’est un droit que possède les parents, de pouvoir scolariser leurs enfants à domicile, dans le cas des enfants des enfants en situation d’handicap, le suivi est constant comme pour les ULIS grâce.

  1. UEM et UEEA

Ces classes : « Unité d’Enseignement en Maternelle » et « Unité d’Enseignement en Elémentaire Autisme » sont des classes spécialisées dans le but d’accompagner les enfants autistes dont le suivi ne peut se faire dans une classe ordinaire mais dans un cadre spécifique. Ces classes sont encore peu nombreuses en France mais de plus ne plus sont ouvertes chaque année.

Adapter les infrastructures

Faire le choix d’une école pour ces enfants doit évidemment aussi passer par d’autres critères. Comment sont les infrastructures, sont-elles adaptés pour les fauteuils roulants par exemple ? Il y a-t-il des rampes, des ascenseurs ? Tous ces détails doivent être scrupuleusement pris en compte.

Il existe des véhicules adaptés pour le transport des enfants que ce soit pour les emmener à l’école ou tout autres activités extra-scolaire comme ceux d’Allied Mobility. Il faut aussi que les écoles prévoient des places de stationnement adaptés pour ces véhicules.

Enfin, il est indispensable de biens s’entourer, il existe bon nombre d’associations qui peuvent aider les familles pour la scolarisation et le suivi de ces enfants. Le site ecole-et-handicap.fr recense les modalités et démarches pour les inscriptions et auprès de qui s’informer.

vous pourriez aussi aimer