Keynes VS Hayek : ces visions de l’économie qui ont forgé le capitalisme moderne

John Maynard Keynes et Friedrich von Hayek, probablement les deux économistes les plus influents du XXe siècle, ont marqué de façon indélébile l’approche macroéconomique des économies capitalistes depuis la Seconde Guerre mondiale. Nous regardons en arrière leurs théories et la profonde opposition qui en a découlé et qui régit encore le débat économique d’aujourd’hui.

John Maynard Keynes et Friedrich Hayek ont théorisé deux visions radicalement opposées de l’économie et du capitalisme au début du XXe siècle. Celles-ci ont profondément influencé les politiques économiques de la plupart des démocraties depuis la Seconde Guerre mondiale. Qu’est-ce qui les rend substantiels, leur opposition fondamentale et comment leur application a été mise en œuvre ?

A lire aussi : Quelle est la meilleure platine vinyle ?

Keynésianisme, ou la nécessité d’une intervention de l’Etat dans l’économie

Keynes est né à Cambridge, en Angleterre, en 1883 et devint économiste comme son père avant lui. Il s’est rendu célèbre pour la première fois après la Première Guerre mondiale en démissionnant de la délégation britannique chargée de négocier les dommages causés par la guerre à l’Allemagne. Il critique vivement l’attitude des pays victorieux à écraser les vaincus sous des réparations intenables, et prédit les conséquences catastrophiques d’une telle agressivité pour la paix en Europe. Les années 1930 et 1940 lui donneront malheureusement raison…

Mais c’est par son analyse novatrice et sans précédent du capitalisme, à laquelle il juge nécessaire d’appliquer la direction de l’État, qu’il s’est rendu indispensable. Le but de sa réflexion est de « sauver le capitalisme des capitalistes », en le rendant plus juste grâce à une répartition plus structurée des ressources. Son but n’est pas de se rapprocher du communisme, mais d’adoucir le capitalisme afin de limiter le mécontentement des classes populaires et de maintenir qu’elles sont loin de l’extrémisme, quelles qu’elles soient. Selon lui, l’État doit injecter de l’argent dans l’économie afin de soutenir la consommation et de favoriser la croissance. Grâce à de grands travaux, les subventions, les nationalisations, le soutien artificiel de l’emploi et l’augmentation des dépenses publiques pour faire circuler l’argent et le distribuer. Beaucoup croient que le keynésianisme, mis en œuvre en particulier par Franklin D. Roosevelt après la crise de 1929 dans le cadre du New Deal, a permis une sortie de la crise.

A lire en complément : Est-ce illégal d’utiliser un VPN ?

Et son adversaire exact, le néo-libéralisme

Friedrich Hayek est né en Autriche en 1899. Il est considéré comme le père du néo-libéralisme. Son analyse est radicalement antagoniste à celle de Keynes. Il préconise la plus petite intervention de l’État dans l’économie. L’utilisation du déficit public pour injecter de l’argent dans le système est, à son avis, une hérésie et une manipulation des taux d’intérêt par les banques centrales en vue de stimuler les investissements, le sauvetage des entreprises en difficulté par l’État ou l’action sur les tarifs, car ils envoient des signaux faussés aux différents acteurs de l’économie. C’est sur ces bases qu’il a pu prédire le début de la crise de 1929. Ce sera le seul à prédire que les taux d’intérêt maintenus artificiellement très bas par le gouvernement américain, qui favorisait des investissements massifs et sans rapport avec la valeur réelle du marché — communément appelée bulle spéculative — causerait un effondrement douloureux de l’économie.

Contrairement aux libéraux classiques qui croient que les taux d’intérêt en particulier peuvent être un levier d’action politique pour aider l’économie, et au contraire les keynésiens qui croient que l’Etat doit réguler le marché par différents leviers tels que le déficit public, les dévaluations monétaires, Hayek estime qu’aucun entité humaine peut efficacement comprendre la logique, le plan directeur de la somme des actions des individus. Seul le marché peut et doit s’autoréglementer pour son propre intérêt. C’est le seul qui sait faire face à l’infini d’informations émanant de nos besoins, de nos désirs et des ressources nécessaires pour les satisfaire.

D’ où le profond désaccord entre ces deux théories, un désaccord qui s’est presque transformée en pugilat entre les deux hommes et leurs partisans, à travers des livres, des colloques et des articles interposés tout au long du siècle dernier.

Leurs applications politiques

La différence entre ces visions diamétralement opposées de l’économie a largement dépassé la querelle académique. À elle seule, elle a monopolisé une grande partie du débat démocratique dans les pays capitalistes depuis 1945, et la crise structurelle internationale de 2008 ne fait que relancer les discussions sur le sujet.

Au risque de schématiser, certains diront que l’opposition entre ces deux théories a été greffée sur un antagonisme politique plus global commun à la plupart des démocraties parlementaires, à savoir l’opposition entre conservatisme et progressiste, entre gauche et droite. L’utilisation du déficit, le renforcement de la sécurité de l’emploi, la nationalisation et les subventions semblent avoir été le plus souvent les instruments cycliques promus par les gouvernements de gauche, alors que la déréglementation, la libéralisation, la privatisation et la non – interventionnisme ont toujours eu tendance à entrer dans le champ d’application de la phraséologie conservatrice.

La principale grille de lecture des macroéconomiques modernes

La réalité historique nous montre cependant que l’utilisation de l’une ou l’autre de ces lectures était beaucoup plus souvent le jouet de circonstances conjoncturelles que d’une véritable orientation idéologique. Dans presque tous les pays occidentaux, la période de 1945 à 1970 a vu le triomphe du keynésianisme : la nécessité de reconstruire et de moderniser les pays déchirés par la guerre a trouvé de puissants instruments de développement et de réorganisation dans la planification et le leadership keynésiens. D’autre part, lorsque la stagflation a eu lieu (stagnation de la croissance associée à une inflation élevée) marquant la fin de la trentaine glorieuse, c’est un retour à une plus grande rigueur qui a eu lieu presque partout, la croissance de l’économie n’est plus suffisante pour couvrir les déficits générés par les États.

La crise de 2008 elle-même, dans laquelle capitaliste et surtout européenne Les partisans de Hayek soutiennent que le maintien artificiel des taux d’intérêt américains à un niveau très bas en 2001 a conduit au surinvestissement disproportionné qui a causé la crise, tout comme celui de 1929. D’autres invoquent les prédictions de Keynes sur l’Allemagne et les représailles qu’elle a subies après la Première Guerre mondiale pour avertir le duo franco-allemand de leur attitude envers l’Espagne, le Portugal et surtout la Grèce, et du danger de leur imposer une trop grande rigueur budgétaire. Il est également singulier de constater que l’Europe, normalement culturellement plus sujette à un fonctionnement keynésien de ses économies, se tourne maintenant vers des stratégies libérales pour sortir de la crise, tandis que les Etats-Unis, au contraire généralement très clairement hostiles à l’interventionnisme, se tournent par Barack Obama vers des solutions qui sont plus inspirés par les keynésiens et entraînés par le déficit public. Cela comprend la mise en œuvre d’une politique des grands travaux et la tentative de construire un système de sécurité sociale nationalisé pour la première fois de leur histoire.

Les systèmes et mécanismes économiques mis au point par Keynes et Hayek sont au cœur de nombreux dilemmes politiques et économiques depuis la Seconde Guerre mondiale et demeurent la principale grille de lecture utilisée dans l’analyse macroéconomique moderne. Il faut espérer que ces mesures apporteront une réponse efficace à la crise actuelle.

vous pourriez aussi aimer