Être un professionnel VTC

Nombreux sont ceux qui entendent le terme VTC sans comprendre les tenants et les aboutissants d’un tel concept. Il existe une différence entre ceux-ci et les autres types de taxis. On peut dire qu’un VTC est un véhicule de tourisme avec chauffeur, on l’appelle aussi plus simplement voiture avec chauffeur. Faire appel à un chauffeur VTC est de plus en plus en vogue. Raison pour laquelle, aujourd’hui, les gens ont besoin de mieux comprend ce type de métier, comment exercer cette fonction mais aussi, connaître les lois qui la régissent.

Qu’est-ce qu’un chauffeur VTC ?

D’emblée, il est bon de savoir que les VTC offrent les mêmes services que les taxis, c’est-à-dire qu’il vous permettent d’aller d’un point À à un point B à bord d’une voiture en vous faisant conduire. Il existe cependant quelques différences entre les taxis et les VTC. La première et la plus visible, c’est que les VTC n’ont pas de signe distinctif. On les repère donc moins bien que les taxis qui ont un lumignon sur le toit de leur véhicule. Mais ce n’est pas tout. Au niveau de leur prix, de la façon de les commander, du confort et de bien d’autres critères, les VTC se distinguent autrement.

A découvrir également : Le traitement à la céramique : une certaine vérité derrière beaucoup de promesses

Différence entre taxis et VTC

Il y a une multitude de différences entre un VTC et un taxi classique. D’abord pour ce qui est des tarifs, les VTC sont libres. Ceux-ci sont fixés en fonction de la distance parcourue et de la durée du trajet. Cependant, des forfaits peuvent aussi être proposés.

Le client sait combien on va lui facturer dès la réservation. Ce procédé est totalement différent pour ce qui est des taxis dont les tarifs sont fixés chaque année par un arrêté préfectoral. Dans ce cas de figure, le client ne connaît donc pas le prix qu’il va payer à l’avance a moins qu’il demande un forfait..

A lire aussi : Comment acheter des pneus pas chers en ligne ?

Autres points de divergence

Les VTC ne travaillent que sur réservation, c’est la seule garantie d’avoir un véhicule à coup sûr. Concernant les types de véhicules, ils disposent de voitures de 4 à 9 places. Ce qui veut dire que les VTC ont la possibilité de transporter plus de voyageurs. L’autre aspect non négligeable est le confort à bord d’un VTC. Ils proposent fréquemment une bouteille d’eau minérale ainsi que des journaux récents contrairement aux taxis. Enfin, on peut dire aussi qu’ils s’adaptent plus facile à leur itinéraire.

Les compétences essentielles pour devenir chauffeur VTC

Pour devenir chauffeur VTC, pensez à bien connaître la route, ce qui est indispensable pour assurer une conduite sûre et responsable. Le respect des règles en vigueur sur les routes permet également d’éviter les contraventions pouvant nuire à l’image professionnelle du chauffeur.

Le sens du service client est primordial dans cette activité qui repose avant tout sur la satisfaction des clients. Les chauffeurs VTC doivent être courtois et aimables avec leurs passagers afin d’assurer un voyage agréable et confortable.

La connaissance géographique est aussi importante pour un chauffeur VTC. Il doit connaître parfaitement sa ville ainsi que ses alentours afin de trouver rapidement le meilleur itinéraire possible pour atteindre la destination désirée par le client.

Le respect des horaires et des délais fait partie intégrante du métier de chauffeur VTC. Le conducteur doit donc faire preuve d’une grande ponctualité afin que le client puisse arriver à temps à son rendez-vous ou prendre son train ou avion sans stress inutile.

Une bonne présentation personnelle ainsi qu’un véhicule propre et bien entretenu contribuent grandement à donner une image positive aux yeux des clients potentiels.

En résumé, les compétences essentielles pour être un bon chauffeur VTC sont : la maîtrise du Code de la route, le sens du service clientèle, une excellente connaissance géographique, le respect absolu des horaires ainsi qu’une présentation irréprochable tant au niveau personnel que matériel (véhicule).

Comment se former et obtenir une licence VTC

Si vous souhaitez vous lancer dans la profession de chauffeur VTC, vous devez savoir que cela nécessite une formation spécifique et l’obtention d’une licence. Voici les étapes à suivre pour y parvenir.

Il faut satisfaire aux conditions préalables requises pour pouvoir exercer le métier de chauffeur VTC. Vous devez être titulaire du permis B depuis plus de trois ans et ne pas avoir commis certaines infractions routières graves (délits liés à l’alcool ou aux stupéfiants, excès de vitesse supérieur à 50 km/h au-dessus des limites autorisées) ces dernières années.

La première étape consiste ensuite en une formation initiale obligatoire auprès d’un organisme agréé. Cette formation doit comporter un volet théorique portant sur les obligations professionnelles du conducteur ainsi qu’un volet pratique visant à améliorer les compétences en matière de conduite et de sécurité routière. La durée minimale légale est fixée à 250 heures mais peut varier en fonction des organismes formateurs.

Une fois cette formation initiale validée avec succès, vous devrez passer un examen écrit auprès des services préfectoraux afin d’obtenir votre carte professionnelle VTC qui atteste officiellement votre droit d’exercice au sein du secteur.

Pour obtenir votre licence VTC proprement dite, vous devrez justifier que vous possédez bien un véhicule répondant aux critères déterminés par la loi : moins de six ans depuis sa première mise en circulation, une longueur inférieure à 4,50 mètres et un nombre de places assises compris entre quatre et neuf.

En pratique, les démarches administratives pour obtenir l’ensemble des documents nécessaires (carte professionnelle VTC et licence) peuvent prendre plusieurs semaines voire quelques mois. Vous devez vous y prendre à l’avance avant de vous lancer dans cette activité professionnelle exigeante mais qui peut se révéler très gratifiante sur le plan personnel.

vous pourriez aussi aimer