Les femmes enceintes doivent-elles faire un test de dépistage du coronavirus ?

Pendant la crise sanitaire de Covid-19, les hôpitaux universitairesde Strasbourg ont été contraints de réviser les soins aux femmes enceintes à la lumière de Covid-19. En plus de leurs activités régulières de grossesse, les équipes Alsaciennes Chu ont suivi une centaine de femmes enceintes infectées par le virus. Le professeur Deruelle, chef du département de l’Hôpital Universitaire de Strasbourg et Secrétaire général du Collège National des Gynécologues et Obstétriciens (CNGOF) d’obstétrique, explique que la plupart des patients infectés par Covid-19 et suivis à l’Université Hôpital, a continué leur grossesse sans problèmes une fois guéri. En particulier les femmes touchées au cours du deuxième trimestre ont donné peu de problèmes, et seules quelques situations, heureusement rares, étaient difficiles à traiter.

66 Millions impatients : Les femmes sont enceintes de Covid-19 plus vulnérable ?

Professeur Deruelle : Les chiffres montrent que les femmes enceintes ne sont pas plus susceptibles que le reste de la population d’être infectées par Covid-19 ou de contracter des formes plus graves de la maladie. Cependant, les femmes enceintes ayant un excès de poids et les grossesses après l’âge de 40 ans devraient être surveillées, car, comme dans la population générale, ces femmes sont plus susceptibles de développer des formes sévères de Covid-19. La seule vraie difficulté avec Covid-19 est la prise en charge d’une forme sévère de la maladie chez une femme enceinte au cours de son 3ème trimestre. Je voudrais ajouter que même si une femme enceinte présente peu de symptômes de la maladie, quel que soit le stade de la grossesse, il est essentiel de demander une consultation ou une téléconsultation et d’envisager le dépistage.

A voir aussi : Pourquoi les cheveux fins s'emmêlent ?

Y a-t-il des cas de transmission de Covid-19 de la mère à l’enfant, dans l’utérus ?

À l’université A Strasbourg, nous avons eu un bébé avec une transmission présumée de Covid-19 par la mère et le fœtus. Les données recueillies dans le monde entier suggèrent que la transition de la mère à l’enfant in utero est relativement faible parce que Covid-19 utilise un certain type de récepteurs qui, en fin de compte, sont très peu présents au cours du premier trimestre. Par conséquent, le risque de transmission du virus est un peu plus important au cours du 3ème trimestre. On estime que le risque de passage transplacentaire est compris entre 1% et 10% et se rapproche de 1%. Il nous manque encore un pas en arrière et des informations sur la corrélation entre les femmes enceintes et Covid-19. Il y a relativement peu de préoccupations au sujet de la santé des futurs bébés des femmes exposées au Covid-19, qu’elles aient ou non des symptômes. Bien sûr, nous devons rester prudents, car c’est une maladie que nous découvrons un peu plus chaque jour, mais pour le moment il n’y a aucune preuve qui suggère, comme, par exemple, dans Zika, que les bébés peuvent naître avec un certain problème de santé.

A voir aussi : Devenir designer mobilier : toutes les infos par ici !

Une femme enceinte est-elle exposée à Covid-19 plus de risque de fausse couche ?

Au 1er trimestre, la fièvre et le niveau de gravité de la maladie peuvent indirectement provoquer une fausse couche. Cependant, il convient de noter que c’est très rare. À l’Hôpital Universitaire de Strasbourg, nous avons eu une fausse couche un peu tardive probablement liée à Covid-19, mais ce type de complication n’est pas directement attribuable au virus, mais à la gravité des symptômes développés. Une équipe suisse a également publié un cas de fausse couche d’une femme infectée par Covid-19, mais elle n’a pas pu déterminer si elle est directement liée au virus ou à la gravité des symptômes.

Le bébé in utero souffre-t-il si la mère est malade et présente des signes modérés ou sévères de Covid-19 ?

Il est possible que le bébé souffrir si la mère voit ses niveaux d’oxygène dans le sang chutent brusquement parce que cela peut affecter le bébé. Heureusement, la nature se porte bien, et in utero le bébé est « programmé » pour s’adapter au manque. En cas de diminution de la teneur en oxygène dans le sang, le bébé contractera les vaisseaux sanguins dont il n’a pas vraiment besoin dans l’utérus, tels que ceux des jambes, des bras ou des muscles, pour se concentrer sur les organes vitaux du cœur et du cerveau. Bien sûr, il y a des limites à cette adaptation. En fait, pendant la crise sanitaire de Covid-19, nous n’étions pas confrontés à un tel cas.

Est-il fréquent que les femmes enceintes qui font face à Covid-19 soient plus stressées que d’habitude ?

La période de grossesse est une période en particulier pour les futures mères émotionnelles, et certaines femmes sont stressées pendant la grossesse. Vous ne pouvez plus contrôler votre corps, vos sensations, vos émotions. Cette Le stress peut être amplifié chez les femmes enceintes qui font face à Covid-19. Tous les jours, pendant l’accouchement, en consultation et en téléconsultation, le personnel de santé de Strasbourg l’a vraiment constaté. Les femmes enceintes ont vu Covid-19 comme une épée de Damoclès au-dessus de leur tête, d’autant plus qu’elles ont été « étiquetées » très tôt et vulnérables au virus. Une étude néerlandaise a montré que 15 % des femmes enceintes étaient principalement préoccupées par leur santé avant la crise de Covid-19 et qu’elles étaient plus de 50 % à s’en occuper pendant la crise. En outre, plus des 2/3 d’entre eux étaient préoccupés par la santé de leur futur bébé. Il convient de noter qu’aux Pays-Bas, les femmes sont souvent plus naturelles, moins médicalisées par rapport à leur grossesse qu’à la maison. On peut supposer qu’en France de nombreuses femmes enceintes étaient donc préoccupées par l’infection par le virus. Outre l’aspect médical pur, les naissances dans certaines maternités sont difficiles à vivre parce que les femmes sont divorcées de leur mari ou parfois de leurs bébés pendant plusieurs jours.

Les conjoints sont-ils toujours tenus à l’écart des maternités, comme pendant le confinement ?

Au Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF), nous avons mené de vastes campagnes pour la réintroduction du couple dans la prise en charge de la grossesse, ou au niveau du suivi ou de l’accouchement, car il a été observé que ces problèmes psychologiques complexes sont très lourds à porter pour les femmes, et pour les conjoints aussi. La grande difficulté que nous rencontrons lors de la consultation est la saturation des salles d’attente où nous devons absolument pouvoir appliquer des gestes de barrière et donc de la distance. Je pense que nous ne devrions pas hésiter à secouer un peu notre façon de travailler et peut-être poser des questions pour attendre dehors plutôt que dans la salle d’attente et les appeler par téléphone quand nous les recevons. peut recevoir. Ce n’est pas à quelques minutes en voiture, car il permet d’être logé dans les meilleures conditions. En ce qui concerne les suites immédiates de l’accouchement, les conjoints sont maintenant autorisés, mais les visites restent limitées pour le reste de la famille.

Les jeunes parents peuvent-ils s’approcher de Covid-19, prendre soin de leur nouveau-né ?

Nous avons travaillé pour la présence maximale des parents avec le nouveau-né, même ceux infectés par Covid-19, en leur enseignant les gestes de barrière pour qu’ils puissent prendre soin de leur enfant. Avec l’utilisation correcte des masques, se laver les mains, loin de la crèche la nuit parce qu’il est difficile de dormir avec un masque, etc., nous n’avons pas eu de cas d’infection d’un parent infecté à son bébé. En outre, le risque de développer une forme sévère de Covid-19 chez un bébé est extrêmement faible. Il convient de noter que le lait maternel n’est pas infecté. Nous l’avons fait doses de lait à l’Hôpital Universitaire de Strasbourg et toutes sont retournées négativement.

Quels conseils les femmes enceintes peuvent-elles faire face à Covid-19, si elles ne peuvent pas télétravailler et doivent retourner sur leur lieu de travail ?

Enfin, il y a peu de risques si nous respectons l’application des gestes de barrière. Peut-être les futures mères les plus vulnérables sont celles qui doivent emprunter les transports publics et celles qui sont en contact avec le public, pour qui recommanderont alors une pause travail à la place. Si la reprise du travail dans les locaux de l’entreprise provoque une grande peur pour la future mère, cela peut justifier une interruption de travail.

L’ organisation des soins a changé pour les femmes enceintes face à Covid-19. Allez-vous garder certaines de ces habitudes ?

Dans les semaines à venir, nous continuerons à travailler selon les recommandations du Haut Autorité de la santé, qui conseille de regrouper les consultations et de donner la préférence aux téléconsultations. Il est logique de s’assurer que les patients ne viennent pas pour une échographie la semaine prochaine, puis pour une consultation. Les téléconsultations peuvent également se poursuivre, en particulier pour les femmes qui vivent loin et lorsqu’un examen clinique n’est pas nécessaire. Pendant le confinement, pour minimiser l’exposition des femmes et des nouveau-nés à l’hôpital de l’environnement où le virus circulait encore beaucoup, et pour s’assurer qu’ils trouvent rapidement le père, qui pendant cette période exceptionnelle n’a pas été autorisé à venir après la naissance, nous avons mis en place des voyages précoces de la maternité hôpital, après l’accouchement, si possible. Il est maintenant intéressant de se demander si ce protocole, qui a été organisé en cas d’urgence, peut être appliqué plus largement à l’avenir s’il s’avère que les parents en ont été satisfaits. Il est donc pertinent pour eux de poser des questions sur leurs sentiments. Les premiers voyages sont répandus dans de nombreux pays, et peut-être pourrions-nous considérer cela en France aussi.

vous pourriez aussi aimer